Alsace : de l’énergie dans la choucroute

cabbage-370670_1920A Krautergersheim, capitale de la choucroute, les producteurs locaux sont actuellement en pleine activité. Mais cette industrie gastronomique produit aussi un dérivé polluant, un jus de choucroute corrosif qu’il est hors de question de rejeter tel quel dans la nature.

Outre les 18.000 m³ d’eau souillée traitée quotidiennement, la station recueille dans des cuves étanches 30 millions de litres de jus de choucroute chaque année. Ce jus très acide contient des composants naturels carbonés et nécessite un traitement spécifique.

Avec l’aide de Suez Environnement, le syndicat intercommunal du bassin de l’Ehn a trouvé la solution : le jus est désormais livré directement dans une station d’épuration hypermoderne, qui permet de traiter avec la même efficacité les rejets classiques et le jus de choucroute. Après filtration à travers un tamis, le jus passe dans une grande tour de méthanisation où des bactéries le transforment en biogaz . Cette réaction naturelle prend un à deux jours. Au terme du processus, le jus de choucroute devient un liquide peu pollué, riche en eau, qui peut être réinjecté dans le circuit d’épuration classique.

Le biogaz est quant à lui transformé en électricité par cogénération grâce à deux gros moteurs. Cette électricité est ensuite revendue à Électricité de Strasbourg et contribue à alimenter les foyers alentours. L’ensemble des installations de méthanisation des jus de choucroute et de digestion des boues d’épuration de la station du bassin de l’Ehn permet de produire 5.464 MWh de biogaz, soit l’équivalent de la consommation énergétique de 1.542 Français par an.

 Imprimer

Laisser un commentaire

*